La position de la communauté scientifique est claire : les champs électromagnétiques générés par les lignes à haute tension n’ont pas d’impact prouvé sur la santé humaine. En effet, aucune des études menées depuis une quarantaine d’années n’a permis d’établir scientifiquement un lien de causalité entre la proximité de réseaux électriques et quelque pathologie que ce soit. Et ce, même en prenant en compte des intensités de champs très supérieures à celles auxquelles sont soumis les habitants les plus proches des lignes.

Aucune étude scientifique n’a établi un lien direct de cause à effet entre exposition à des champs électriques d’extrêmement basse fréquence et santé. Ce constat est celui de toutes les autorités médicales.

Pour autant, des effets reproductibles ont été identifiés, mais uniquement dans des conditions d’exposition créées en laboratoire, et très supérieures aux niveaux usuels d’exposition du public. Moyennant d’importants facteurs de protection, ce sont ces effets établis qui servent de base à la réglementation sur la protection des personnes.

DES LIMITES D’EXPOSITION FIXÉES PAR DES ORGANISMES INDÉPENDANTS…

Les résultats des travaux scientifiques font l’objet de bilans réguliers de la part d’organismes indépendants, que ce soit au niveau national comme l’ANSES (agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) et l’OPECST (office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques), ou au niveau international comme l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), ou le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer).

Tous ces organismes sont unanimes et confirment en l’état actuel des connaissances l’absence de preuve par rapport à d’éventuels effets à long terme. Tous recommandent en parallèle d’appliquer des limites d’exposition qui garantissent la protection des populations contre tout effet scientifiquement établi. 

L’Europe a adopté ces recommandations et l’état français les a établies sous la forme de limites réglementaires, applicables aux réseaux électriques. Les valeurs d’exposition au champ magnétique constatées au voisinage des ouvrages électriques respectent largement ces limites réglementaires.

Les expertises conduites par ces organismes indépendants sont régulièrement mises à jour en tenant compte de l’état des connaissances scientifiques. Il est important de noter qu’à ce jour aucune de ces mises à jour n’a remis en cause les seuils d’exposition réglementaires.

… MAIS QUI NE FONT PAS TOUJOURS CONSENSUS AUPRÈS DU GRAND PUBLIC

Si la position des autorités sanitaires est claire en matière de limites d’expositions, et l’absence de preuve vis-à-vis des possibles effets à long terme, il subsiste néanmoins des interrogations scientifiques autour de ces effets. Aucune preuve, mais des doutent qui perdurent, et qui maintiennent une certaine inquiétude du public autour des champs électromagnétiques, et notamment ceux qui sont générés par les lignes haute tension.

Le fait même qu’en 40 années de recherches on ait échoué à trouver une preuve d’effet est en soi rassurant : si effet il y a (ce qui n’est pas établi) il ne peut donc être que faible. Néanmoins, il est tout autant légitime de penser que les doutes ne sont pas levés, et qu’il faut chercher encore et qu’il reste des pistes à explorer.

On notera enfin qu’aux niveaux d’exposition usuels, aucun de nos sens n’est directement sensible aux champs électromagnétiques : nous ne pouvons ni déceler leur présence, ni évaluer leur intensité sans avoir recours à un appareillage spécifique. Une absence de ressenti qui nourrit les interrogations à leur sujet, liées à l’impossibilité d’apprécier directement la situation par soi-même.